- Contact -

Beaujolais 2007

Je suis vivant !!!
Bon un Cr assez long, assez dense donc pas trop de fioritures ni d'effet de style.
Merci à David pour sa présence, son soutien et son teasing !!

Reco

J'arrive sur les lieux jeudi, à midi. Coup de fil au Momo, rencart au camping et on part rouler. L'objectif est simple : reconnaître le routier pour ne pas tomber dans un piège (virage qui se referme, carrefour invisible etc...) et apprendre à se servir d'un road-book, reconnaître les spéciales pour se faire une première idée, j'y reviendrai le lendemain.

On arrive complètement halluciné à la première épreuve spéciale (ES1). On a fait 7 bornes de routes serpentant entre les vignes, à la taille des tracteurs vinicoles. Croiser une caisse serait chaud, tenir un 60km/h, suicidaire. De plus une bonne pluie a fait raviné la terre mais n'a pas enlevé les graviers. première conclusion :
- gris = gravier,
- rouge = terre,
- vert = fossé.

ES1 : à flanc de coteaux de vignes, quelques grandes courbes aveugles, une épingle pour changer de route, ligne droite, grande courbe à fond puis une partie en forêt, plus sinueuse. Je l'a fait 4 fois j'en garde 2 pour le lendemain (je croyais que c'était 6 reco mais officiellement c'est 3).
Bon elle n'est pas piège mais ça va super vite, moi je dois prendre plus de 160.

On repart sur le routier et là c'est un peu la désillusion, au bout de 100 bornes, on est rincés, on a pas passé la 4 ou on s'en souvient plus. Terrasse, bière, Le Momo rentre, il a des responsabilités maintenant.
Je passe sur l'ES2, y a un peu de monde qui monte fort. Je fais deux montées avant de passer la réserve, il est temps de trouver de l'essence et de reconnaître la fin du parcours.

ES2 : départ sur une enfilade de 3 courbes, puis on saute deux vallons avant d'arriver au col donc : ligne droite, épingle, enchaînement de droite, une chicane, re-ligne droite, deux demis-épingles (celle des photos de David) puis lignes droites coupées par deux droites « kipassàfond ». un peu plus piège et moins intuitive.

Bon, il fera jour le lendemain, je rentre, petite séance méca pour du réglage. Je profite du soir pour reconnaître le départ de Villefranche à l'ES1, yavé trop de circulation en journée.

Vendredi : je refais le départ, je manque de me sortir au bout de 4 bornes. Je retiens ce putain de droite qui se referme et loue mes gommes qui m'ont permis ce gros freinage sur l'angle.
ES1, je veux me tenter une montée très rapide mais je préfère faire une montée rapide avant. départ, gaz.... épingle, gros gaz, gauchàfond.... gros frein !!!!! je suis face à la balayeuse de la DDE !!!!! Je me faufile, re-gros gaz et je saute sur les freins au cul du camion de l'organisation qui pose les bottes de paille. D'ailleurs c'est sympa l'ambiance avec les bottes de paille (smiley qui lève les yeux).
Bon j'arrête là, je rejoins l'ES2 au cul d'un side que si j'avais voulu le doubler j'aurais eu du mal mais ça tombe bien j'en ai pas eu l'idée !!

ES2 : première montée (même principe) je suis assez propre, pas de surprises, pas d'oubli. J'attend le side pour descendre, comme ya une équipe de mono qui monte j'ai un peu peur et je préfère être planqué derrière !! On croise un truc noir, qui sort d'un droite gaz en grand, sur la roue arrière... tiens Nuques est là avec la R1.... deuxième montée nickel, beau rythme et tout et tout, va falloir faire bien gaffe à la prochaine de ne pas s'enflammer et la prochaine se sera en course...

Fin de reco du routier, va bien, mieux qu'hier même si mes routes à chèvres font figures d'autoroutes à coté.

Course

Samedi matin... tout est prêt, stress à tous les étages...
contrôle technique OK,
parc fermé OK,
heure de départ OK,
manger OK,
équipement OK


.... Gazzzzzzzzzzz !! bon calme dans la ville, il paraît qu'il y a des flics et les gens sur la route ne sont pas en course, eux...
Petite route, gazzzzzzz gaffe au « droitekis'referme », ah, il est déjà fourré : une KTM, des flics, pompiers qui arrivent en face... bien....on se calme...

ES1 : on est 20 motos à attendre, en fait l'orga a mis du temps en rab pour pas qu'on attaque dans villefranche donc la régulation se fait là.
Départ, gaz, je merdoie dans l'épingle, gaz, je merdoie sur le point mort, gaz, je suis vissé sur ma selle, pas moyen de bouger.... bon 2'48 je ne sais pas ce que ça vaut...
Je repars sur le routier, à la belle route succède une petite route qui descend un coteau en faisant des vagues, pas de visi... et une épingle !!! Devant moi une scène JBTesque : 3 ZXR10, une au fossé, une à une quinzaine de mètres dans l'herbe et une froissée au milieu... les 3 devant sont potes, roulent ensemble, donc comme on part toutes les minutes ben ils ont 3 minutes à récupérer à chaque fois...c'est pas là qu'ils vont les gagner... mais je les verrais toute la journée, un coup dans l'herbe, un coup dans l'autre sens (perdu !!).
Je rejoins le contrôle horaire (CH) avec 5 minutes d'avance, c'est bon je ne suis pas dans les choux. Mais putain que c'est chaud, faut toujours être dedans....

ES2 : bordel, ils m'ont changé le départ !!! on part après l'enfilade, direct dans la ligne droite. j'ai pas mes repères, je suis en vrac partout, je merdoie sur le point mort mais j'arrive à me bouger, à déhancher.... 1'54, soit.

 

Fin de la première boucle, j'ai 10 minutes d'avance (comme tout le monde) j'en profite pour m'occuper de moi, j'ai 10 minutes d'assistance après pour la moto. Sandrine est prête, on fait le plein, rembobine le road book en 7 minutes, je pars.

 

 

 

ES1 : gros gaz, je déhanche mais je me perd un peu dans les courbes !! bon, 2'44, 4 secondes de mieux c'est pas mal.
ES2 : gros gaz, je suis bien plus propre : 1'55, 1 secondes de plus, a pas compris !!

Retour et fin de l'étape de jour : 2 fois 177 km. J'ai 1h30 d'assistance possible avant de mettre la moto en parc fermé pour l'étape de nuit. je repartirais à 00h03, moi je dors, Sandrine s'occupe de tout (essence, bouffe, savoir l'heure de départ, réveil).
Départ de nuit, je ne vois rien !!! Avec les plaques numéros j'ai déréglé le phare, je rejoins l'ES1 quand même dans les temps mais beaucoup de fossé m'ont fait de l'oil. Je remonte le phare. ES1 : gaz, je ne vois rien, le phare est trop haut !!! Gaz quand même, épingle, gaz je profite de la ligne droite pour choper le phare et le descendre en roulant bien sur !!! bon le résultat est sans appel : 20 secondes de plus que le jour...
pour le routier je décide d'un truc : le phare je le règle haut pour les freinages et courbes, je passe en code en accélération. Je rejoints le CH à l'heure mais là il faut bien donné !!! c'est terrible, la nuit tout est permis, tu utilises toute la route, si tu roules à plusieurs c'est tous phares allumés et rétro en berne etc....

ES2 : mieux, 10 secondes d'écart.
Je presque loupe deux virages mais ça compte pas j'ai pas eu à manoeuvrer pour revenir sur la route alors ça ne compte pas !! Sandrine m'attend pour les 15 minutes d'assistance, je me change parce que ça commence à cailler (3h du mat) et je repars.

ES1 : 10 secondes de mieux.
ES2 : on attend 10 minutes (possibilité d'assistance pour les petits réservoirs). Au départ on repoireaute 10 minutes parce qu'un mec s'est mis au tas. Ll'ambulance redescend, le mec est amoché. le commissaire nous dit qu'il y a une tache d'huile dans un gauche, j'ai froid, je suis fatigué et je commence à en avoir plein mon cul, cette spéciale se fera en touriste...

Résultat : 59ème sur 150 de jour, 39/105 de nuit sans éclairage additionnel !!! ben moi je suis assez content... et je pense que je peux faire mieux !!!!

Retour à la liste des comptes rendus

Voir d'autres photos

 

 

Plan du site | Accueil | Contacter le Why Team | ©2011 Le Why Team